de-la-provence-aux-cevennes.blog4ever.com

de-la-provence-aux-cevennes.blog4ever.com

Pêche miraculeuse aux port des Embiez

La dorade du port.

0.jpg

C’était l’époque de notre navigation sur notre « Rigel » un Kelt 6,20. Il possédait surtout un foc enrouleur qui plaisait beaucoup à ma femme peu portée sur le hissage de la grand-voile.

Nous étions bien connus dans la rade du Brusc pour nos démarrages des matins calmes à l’aube fine sur notre moteur. Et retour au vent portant sur le seul foc.

Ce week-end, nous avions prévu de passer deux jours en mer.

1.jpg

C’est ainsi que le samedi soir me présentant pour passer la nuit à l’île des Embiez le Capitaine du port avec qui j’entretenais des relations amicales me dit dès mon arrivée dans son bureau :

-         On est complet ! C’est plein, ne reste que quelques places de l’autre coté derrière la digue. Les arrivants les jugent trop éloignées des restaurants c’est pour cela qu’elles sont encore disponibles.

C’étaient surtout des emplacements calmes qui ne seraient pas troublés par le retour tardif et nocturne de quelques éméchés du samedi soir. Ce qui nous convient parfaitement, d’autant plus que nous avons toujours à bord de quoi nous sustenter, ne m’embarquant jamais sans biscuits.

Il me vint soudainement une idée en voyant quelques pêcheurs mètrent en place des cannes sophistiquées possédant des appâts couteux et d’après eux infaillibles. Ils aimaient passer là quelques unes des heures du coucher de soleil. Pour mon compte, j’optais pour une méthode bien plus rustique qui s’était souvent révélée productive.

Je me mets à l’eau avec un masque et un tuba et je prélève une belle holothurie dit Holloturia Nigéria en latin, Vier marin en provence.

Après avoir ouvert en deux la pauvre bestiole j’en prélève la peau gélatineuse interne que je vais coudre sur un hameçon de belle taille.

4.jpg

Il est fixé en bout d’une ligne de 20 mètres ou coulisse à son extrémité une olive de plomb. Un morceau d’allumette mis en travers à 50 Cm de l’extrémité va laisser l’appât se balader entre deux eaux.  C’est ce que l’on nomme une ligne morte que je jette devant l’enrochement après l’avoir amarrée solidement a un bout de ferraille fort justement coincé entre les blocs.

3.jpg

Et après un repas tranquille nous nous endormons d’un juste sommeil. La nuit est calme et l’aube naissante me réveille.

Premier acte du jour, je me rends dans l’enrochement je tire délicatement sur me ligne que je viens de détacher, çà bouge.

Je vais main sur main faire venir mes deux mètres de nylon pour trouver à son extrémité une belle dorade bien vivante, d’environ un kilo. Une belle pièce !

2.JPG

Après le petit déjeuner, je la vide à l’eau de mer de la plage voisine. Et pour me faire plaisir, je l’étale sur un torchon blanc sur l’arrière de notre bateau.

Les pêcheurs à la ligne vont tous passer devant, avec leurs hyper cannes.

Certains sympathiques :

-         Et bien vous alors, vous n’avez pas attendu longtemps

D’autres plus avertis :

-         Sur, qu’avec le Vier marin la dorade et les sars, ils en sont friands

Enfin les mauvais perdants, affectant de ne rien voir.

On n’a  que les petits plaisirs que l’on se donne, un second nous attendait le soir à table.

-         Écaillée et vidée au bord de mer, la dorade est fendue de chaque bord, garnie d’herbes provençales.

5.JPG

-         On opère une pré-cuisson des légumes du jardin, pommes de terre, oignons, tomates dans un plat d’Anduze.

-         On couche le poisson sur le tout et mise au four pendant 20 à 30 minutes après avoir arrosé l’ensemble d’huile d’olive, muscat, vin blanc, sel et poivre.

6.JPG

-         Une belle assiette d’un filet de dorade avec un verre de rosé des Embiez.

7.JPG

Et ce qu’il en reste !

8.JPG



29/10/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 159 autres membres